fbpx

Voyager de manière responsable est-ce possible ?

voyager-plus-ecologique

Voyager pour découvrir le monde est l’une des plus belles possibilités offertes par notre époque. Mais d’un point de vue écologique, le secteur du tourisme est sur le podium des industries les plus polluantes pour l’environnement. Partir à l’autre bout du monde n’est donc pas une passion ou un comportement anodin pour notre planète. Cependant, est-ce possible de réduire l’addition Carbonne de son voyage ? Embarquement immédiat pour le tourisme responsable.

>> Les thématiques écologiques et les aventures vous animent ? Explorez les groupes, faites des rencontres et échangez avec d’autres membres. Partagez vos passions ou découvrez de nouveaux horizons en intégrant des communautés de passionnés. Créez votre compte gratuitement. <<

tourisme-pollution

L’envolée des émissions de CO2 provenant du tourisme de masse

Le tourisme de masse fait s’envoler le réchauffement climatique. « All included » « tout compté » transport, hébergement, alimentation et consommation sur place, le tourisme de masse ‘est responsable de 8% des émissions de gaz à effet de serre. Presque 1 dixième des émissions. Selon une étude menée par des chercheurs australiens, chinois et indonésiens, « l’empreinte carbone » du tourisme ne fait que prendre de l’ampleur. Elle était entre 2,5 à 3% avant le boom du tourisme de masse. A titre de comparaison, le fret maritime ne représente « que » 3% des émissions de CO2 mondiales.

Pour en arriver à ces conclusions, l’équipe de chercheurs a compilé les données sur les flux touristiques entre 160 pays sur la période 2009-2013. Pour aller plus loin, et ne pas se limiter aux impacts du mode de transport. Ils se sont également intéressés aux activités annexes, les services et biens consommés, l’hébergement ou la restauration. Tout mis bout à bout, cela représente 4,5 milliards de tonnes, en 2013.

Existe-t-il des solutions pour abaisser notre empreinte carbone lorsque nous voyageons ?

Comme pour tout, on peut agir pour la planète, même lorsqu’on est accros aux voyages. Il s’agit souvent de consommer différemment, ou de moins consommer tout simplement. En matière de voyage, le transport est déjà un paramètre sur lequel on peut agir facilement. Puisqu’il suffit de faire un choix en l’avion, le bus, le bateau, l’automobile ou le train. Vous vous voyez mal voyager loin sans un moyen de transport motorisé, n’est-ce pas ?

Par exemple, comparons l’impact de chaque moyen de transport :

  • 14 g de CO2/passager/km pour le train,
  • 42 g de CO2/passager/km pour une petite voiture,
  • 55 g de CO2/passager/km pour une voiture moyenne,
  • 68 g de CO2/passager/km pour un bus,
  • 72 g de CO2/passager/km pour un deux roues motorisé,
  • 285 g de CO2/passager/km pour un avion

Ces estimations proviennent de l’Agence Européenne de l’Environnement. En attendant l’avènement de l’hydrogène ou l’électrique. S’il y a bien un moyen de transport à privilégier, c’est les voyages en train.

train-voyage-ecoresponsable

La mobilité verte pour que votre périple soit plus responsable

Améliorer sa mobilité et sa façon de voyager c’est possible. Et pas nécessairement en sacrifiant son confort.

Aujourd’hui, les acteurs du transport aiment non pas parler de moyen de transport en silo, mais d’une « Mobility As A Service » en français, la mobilité comme un service. Ce qui implique une intermodalité entre les différents moyens pour que le trajet du voyageur ne face qu’un. La promesse de la mobilité servicielle c’est de lever les barrières que peut rencontrer le voyageur prépare son voyage. Il recherche un trajet rapide et confortable. Donc un trajet d’un point A à un point B avec le moins de changement possible. Et l’avion est aujourd’hui le moyen privilégié. A l’avenir, le « MAAS » doit challenger l’avion et autre moyen de transport plus polluant. Les combinaisons de transport permettent de voyager de façon plus responsable. Oui, mais pour partir loin. L’avion reste indispensable !

Compenser ses émissions de CO2

Effectivement pour partir à l’autre bout du monde ou enjamber un océan, l’avion reste et restera longtemps indispensable. Les alternatives sont presque inexistantes. Cependant pour voyager et éviter de culpabiliser vous pouvez toujours « compenser » vos émissions. Cela ne rendra pas votre billet d’avion plus responsable, mais c’est toujours mieux que rien. Compenser c’est avoir conscience et donner aux autres les moyens d’agir. Concrètement, c’est quoi compenser ? Sur la base de votre bilan carbone. Calculé sur vos trajets, les moyens de transport utilisés, etc.. Un montant vous sera proposé afin de compenser vos escapades autour du globe. Ce montant une sorte de « taxe non obligatoire » est le montant estimé pour rendre neutre votre ou vos voyages. Puisque ce montant servira pour mener des actions écologiques (reforestation, dépollution…)

Le monde est immense et les beautés aux quatre coins de la planète. Voyager moins loin est aussi une solution. Nous avons publié deux articles pour vous donner des idées de destinations en Europe. Et pourquoi ne pas tester lors de votre prochain voyage, de bannir l’avion. Vous relevez le défi ? N’hésitez pas à nous faire part de vos expériences en commentaires.

Partager cet article à votre entourage !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur telegram

Articles liés

Réponses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voyager de manière responsable est-ce possible ?

 
Send this to a friend