fbpx

Tout savoir sur la culture du poireau : Semis, Maladies et Ravageurs

plant-poireau-semis

Fiche pratique pour tout savoir sur la culture du poireau

Le poireau est une culture incontournable au potager. Tantôt pour faire des bons potages ou pot-au-feu maison. Grâce à cette fiche complète sur la culture du poireau, vous saurez tout pour réussir la culture du poireau en limitant l’impact des maladies et parasites.

tout-savoir-culture-poireau

Tout savoir sur le poireau

Le poireau est une espèce de plante herbacée vivace et cultivée comme plante potagère pour ses feuilles. Il appartient à la famille des Amaryllidacées (grande famille de plus de 800 espèces, ce sont des plantes herbacées qui sont essentiellement bulbeuses, pérennes, à feuilles caduques, à ovaire infère et des régions tempérées à tropicales). En fait le poireau cultivé est issu de la domestication du poireau perpétuel. Sa partie blanche est enterrée et sa partie hors sol, les feuilles, est appelée « fût ».

Le saviez-vous ? Le poireau est aussi connu sous les noms de porreau, poirée, poirette et asperge du pauvre.

  • Nom botanique : Allium porrum
  • Famille : Amaryllidacées (Liliacées)
  • Type : Vivace par son bulbe, mais cultivée comme une annuelle
  • Semi : de fin janvier à mai puis au mois d’aout
  • Repiquage : En générale 3 mois après semis
  • Plantation : Mai – juillet
  • Récolte : Mai – juillet
  • Rusticité : Le poireau n’est pas frileux, jusqu’à -7°C et certaines variétés supportent jusqu’à -20°C
  • Sol : Une terre humifère sans être imperméable est idéale
  • Exposition : Ensoleillée
  • Sensibilité : Mildiou, rouille, oïdium, tordeuse du pois
  • Associations de cultures à privilégier : Asperge, Carotte, Céleri, Épinard, Fraisier, Laitue, Tomate
  • Associations de cultures à éviter : la betterave, le chou, la fève, les haricots, le brocoli

Notre sélection de variétés de poireau :

Pour des récoltes en été et en automne nous vous conseillons ces variétés : le Carlton, le Gros long d’été et le jaune gros du Poitou. Le Carentan, le bleu du Solaise et bleu d’Hiver seront pour vos récollets en hiver.

Il existe de nombreuses variétés, pour vous aider à vous y retrouver. Voici quelques variétés et leurs spécificités :

  • Le poireau bleu de Solaise qui est une variété très rustique à gros fût (14-18cm), elle est très résistante au froid et à la montaison. Son feuillage est à l’image de son nom, bleuâtre. Le poireau bleu de solaise est idéal pour une culture en hiver.
  • Le poireau d’hiver de Saint Victor descend du poireau bleu de Solaise, et présente l’avantage d’être très résistant au ver. Le fût est d’environ de 12-14cm.
  • Le poireau de Carentan supporte très facilement le froid et est lent à monter à graines au printemps. Les pieds sont courts et ses feuilles sont très larges.
  • Le poireau géant d’hiver est peu sensible aux maladies et très résistant au froid hivernal.
  • Le poireau jaune gros du Poitou est une variété hâtive à gros fût. Cette variété est idéale pour une récolte à l’automne. Il est assez fragile en hiver. Il ne supporte pas très bien le froid hivernal.
  • Le poireau monstrueux d’elbeuf est idéal pour un gros rendement en fin d’été. C’est une variété précoce.
  • Le poireau De Liège est une variété idéale pour l’hiver, on le récolte de novembre à février.
  • Le poireau Electra est une variété à petit fût (15cm) et à feuillage vert bleu qui se récolte à partir de juillet

La culture du poireau : calendrier des semis, repiquage, récoltes

Les semis s’étendent de février à aout selon les variétés que vous semez et vos envies de récoltes.

poireau-semis
Semis de poireaux à éclaircir

Pour une culture précoce :

  • En février, semez sur couche chaude sous châssis. Dans votre sillon, déposer les semences recouvertes de 5mm de terreau. Le poireau est une culture qui a besoin d’apport en matière organique comme du compost bien mûr.
  • À la levée, aérez le châssis et si besoin éclaircissez.
  • En avril, repiquez les plants qui ont atteint un diamètre d’un centimètre, en ligne et espacé de 10cm entre chaque plant. La profondeur idéale est de 5 cm environ.
  • Après le repiquage, buttez les poireaux. Paillez votre sol.
  • Les récoltes commencent début mai et se poursuivre jusqu’à l’automne.

Poireaux d’hiver et poireaux primeurs :

Pour récolter vos poireaux entre le mois d’août et d’avril de l’année suivante, faites vos semis au mois de mars en pépinière ou en place courant avril-mai. Repiquez vos plants 3 mois après la date de semis.

La culture tardive permet d’obtenir des poireaux primeurs. Pour cela à la fin août, semez en place ou en pépinière vos poireaux. Repiquez au mois de novembre et récoltez vos poireaux primeurs d’avril à juin.

calendrier-semis-poireau

Comment réussir ses semis de poireaux ?

Les semis de poireaux ne sont pas trop compliqués. Vous pouvez les semer en pépinière, en ligne ou à la volée les poireaux précoces et d’hiver. Attendez la germination et lorsque le plant fait la taille d’un crayon, environ 1 cm de diamètre, il est l’heure pour lui de rejoindre votre potager. Généralement à la mi-mai pour les poireaux précoces.

plant-poireau-semis

Comment bien repiquer ses semis de poireaux ?

Là aussi la méthode est plutôt simple, mais comporte des astuces.

  • Arrachez les poireaux, éliminez la terre cisaillez les racines à 1 cm et coupez les feuilles. Votre plant de poireau est prêt à rejoindre son sillon !
  • Préparez votre sillon, 10 cm de profondeur puis plantez vos plants de poireaux espacés de 10 à 15 cm. Vos rangs doivent être espacés de 30cm environ.
  • Rebouchez, arrosez bien vos plants puis buttez vos pieds de poireaux.

Buttez vos pieds de poireaux permet d’ancrer les pieds dans le sol, mais surtout de priver les fûts de lumière et donc de les blanchir.

Le saviez-vous ? À l’étape du repiquage, laisser sécher les plants entre 24 à 48h au soleil permet de limiter les attaques de la teigne.

Comment protéger ses cultures de poireau ?

Vos poireaux seront une cible de choix pour les maladies et ravageurs. Alors, ne les laissez pas s’attaquer à vos cultures grâce à nos conseils naturels.

La mouche mineuse : c’est un ravageur redoutable qui cause de gros dégâts. La mouche mineuse du poireau est un petit insecte dont les larves jaunâtres creusent des galeries dans le blanc du poireau.

Comprendre la mouche mineuse :

Les larves qui ont hivernées prennent leurs envoles en mars-avril pour aller se nourrir du suc des poireaux, vos poireaux seront alors marqués de taches blanches. Les mouches femelles y déposent également leurs œufs qui formeront des asticots qui s’attaqueront à vos poireaux en creusant des galeries.

Comment lutter contre la mouche mineuse ?

Par la prévention : Organisez une bonne rotation des cultures dans votre potager et vérifiez bien vos plants de poireaux pour vous assurer qu’ils soient sains.

Par la couverture de vos plants : Couvrez vos semis et jeunes plants par un voile anti-insectes à mailles très fines de 0,5 à 0,8mm pour éviter les contaminations. Attention vos plants et le voile ne doivent pas être en contact sinon la ponte peut avoir lieu.

Par la destruction : lorsque vous épluchez vos poireaux, ne réutilisez pas vos pluches dans votre compost. Il en deviendrait contaminé par conséquent. Détruisez vos plants contaminés pour circonscrire la maladie. Pour cela, enfermez vos plants contaminés dans un sac hermétique que vous laisserez au soleil afin que les larves meurent.

Par les auxiliaires : Bien qu’ils ne soient pas strictement identifiés la présence d’auxiliaires permettra de former une barrière naturelle à la mouche mineuse comme les micros guêpes parasitoïdes. Pour les attirer, plantez à proximité des fleurs d’achillée millefeuille, de bleuet, de millepertuis ou de la saule.

La mouche de l’oignon : Ravageur N°2

La mouche de l’oignon : est un autre ravageur qui utilise le poireau pour pondre ses larves. La mouche de l’oignon pond des œufs aux pieds de vos plants de poireau. Durant une saison de culture 2 à 3 générations de mouches peuvent se succéder cela dépend du climat. La première génération apparaît en avril et la deuxième génération en juillet. Les larves forment des asticots qui pénètrent dans le plant et les bulbes pour se développer. Au terme de leur croissance, ils disparaissent dans le sol pour se métamorphoser en mouche ou hiverner et se métamorphoser en avril prochain. D’où l’importance d’une bonne rotation de culture.

Symptômes et dégâts sur vos poireaux

Les larves s’attaquent au plant entier feuille, tige et bulbe. Les plants présentant des plaies causées par les galeries creusées des larves pourrissent. C’est de cette décomposition que les larves se nourrissent. Résultats, vous avez des plants très sensibles aux maladies, qui dépérissent ou meurent.

Prévenir les dégâts causés par la mouche de l’oignon

Primo, la rotation des cultures pour éviter de cultiver vos plants sur une planche contaminée. Les pupes de la mouche de l’oignon hibernent dans le sol.

Installez comme pour la mouche mineuse un voile à insecte, correctement installé et sur un sol sain.

Utilisez des répulsifs naturels à base de plantes. Leur efficacité n’a jamais été prouvée, mais vous pouvez tout de même essayer. L’infusion de tanaisie est la plus connue, vous pulvérisez vos plants durant les périodes d’accouplement et de la ponte (fin mai à fin juin).

Appliquez des traitements biologiques contre la mouche de l’oignon comme le traitement à base de pyrèthre. Vaporisez vos plants attaqués au mois de juin quand les larves sont en activité. Mais avant d’utiliser cette arme de destruction massive (ravageurs et auxiliaires) posez-vous les bonnes questions. Comme le mentionne très bien Gilles Dubus, tout ce qui tue n’est pas bio. Si vos cultures sont attaquées, il y a forcément des raisons et des explications rationnelles. Cela peut provenir de son sol, de la fertilisation déséquilibrée ou de l’organisation de son jardin potager. Bien souvent utiliser un insecticide bio ne neutralise pas seulement notre cible, mais aussi des auxiliaires. Quand un insecte disparaît, c’est un maillon de la chaîne qui disparaît. Alors, réfléchissez à deux fois avant d’utiliser un insecticide bio.

Éviter la teigne du poireau

Reconnaissable aux feuilles minées et jaunies, la teigne du poireau est un petit papillon nocturne dont les chenilles creusent également des galeries dans les feuilles et dans le bulbe. Pour éviter que la chenille ne s’attaque à vos plants, soyez vigilant à la rotation des cultures, utilisez des purins de tomates ou une décoction de tanaisie. Lors du repiquage, faites sécher pendant 48h au soleil vos plants ou trempez-les très légèrement dans une eau javellisée. Un filet anti-insecte sera également utile.

Comment éviter que les maladies ne s’attaquent à mes poireaux ?

Le mildiou du poireau et la rouille du poireau peuvent s’y développer, voici comment éviter leur développement.

  • La rouille du poireau qui survient lors des automnes pluvieux. Pour éviter son développement, espacez bien vos plants et vos rangs afin de faire circuler l’air correctement.
  • Le mildiou du poireau sévit lorsque l’hiver est doux et humide. Les feuilles blanchissent, s’assèchent et des taches jaunes s’y forment. Ce champignon est très résistant et peut rester de longue année dans votre sol. Pour éviter son développement, pulvérisez un purin de prêle ou de la bouillie bordelaise.
poireau-mildiou
Poireaux atteints du mildiou

Faire très attention à la rotation des cultures

Plus haut nous avons vu les maladies et parasites qui aiment les plants de poireaux comme hôtes. La rotation des cultures dans votre potager est indispensable pour minimiser les risques liés à certaines maladies et ravageurs.

Sur la même année, chaque planche peut accueillir les légumes les uns après les autres. Vous devez organiser une succession des cultures pour obtenir des légumes et un sol sain.

Une année sur l’autre, une rotation doit être mises en place. Chaque année, vous devez décaler vos cultures de parcelle en parcelle. Les parcelles qui entrent en cycle de repos seront utilisées pour faire de l’engrais vert.

Les parcelles qui doivent recevoir vos plants de poireaux ont auparavant cultivé des fèves, de la laitue, des légumes-fleurs ou à feuilles peu gourmandes.

Après vos poireaux, vos parcelles devront être utilisées pour cultiver des carottes, radis, navets, coriandres ou plantes condimentaires peu gourmandes. 

Voilà, nous arrivons au terme de notre article sur la culture du poireau. Il est long, mais très complet ce qui vous permettra d’aborder la saison de manière sereine.

Bon à savoir

>> Passionné par le jardinage ? Vous souhaitez apprendre de nouvelles choses et faire des rencontres avec d’autres passionnés ? Rejoignez notre communauté de jardiniers amateurs. C’est un moyen simple pour faire des rencontres et échanger avec d’autres passionnés. Créez votre compte gratuitement. <<

En étant membre, vous pouvez :

  • Créer ou rejoindre des communautés sur le jardinage, pour rencontrer et échanger avec d’autres jardiniers.
  • Cumuler des Beezz. Qui est la monnaie virtuelle de la plateforme pour faire des dons gratuits.
  • Donner vos Beezz aux associations de votre choix.
  • Être alerté des nouveaux articles sur le jardinage.

Articles liés

Réponses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Ca fait 2 ans que j’ai la mouche mineuse je vais essayer vos réponses ci-dessus mais je crains que se soit dur pour s’en débarrasser !

Tout savoir sur la culture du poireau : Semis, Maladies et Ravageurs

Tout savoir sur la culture du poireau : Semis, Maladies et Ravageurs is highly popular post having 1 SMS shares
Share with your friends
Powered by ESSB
Send this to a friend