fbpx

Extraits fermentés : les causes de vos échecs

extrait-fermenté-stockage
+1
avatar

Quelles sont les causes d’échecs de vos purins ? Lors d’un premier billet nous avons abordé les manières pour réussir vos extraits de plantes fermentées. La suite logique, est de vous rédiger un billet pour éviter de commettre des erreurs qui risques de vous faire rater vos extraits de plantes fermentées. Nous verrons aussi, l’importance de la filtration, le stockage et la conservation. C’est partie, quelles sont les causes d’échec ?

Quelles sont les causes d’échecs de vos purins ?

Les causes d’échecs le plus courant provient de la qualité de l’eau utilisée. Vous devez prêter attention à l’eau que vous utilisez. Veiller à ce qu’elle ne soit pas ferrugineuse, ni trop chaude ( > à 35°C) ou trop froide ( < à 15°C), trop calcaire surtout lorsque vous préparez des purins de prêle ou de consoude, qui sont des plantes alcalinisantes.

Les causes d’échecs de vos purins : les autres erreurs à éviter :

  • Ne pas oublier de contrôler que l’écume ait bien disparu
  • Ne pas utiliser des plantes riches en thymol comme le thym car cette substance bloque le départ de la fermentation (il se crée un blocage de l’amidon en dextrine pour les plus scientifiques d’entre nous !)
  • Ne pas utiliser des plantes comme la tanaisie ou de la sauge officinale qui auraient le même effet que les plantes riches en thymol
  • Ne mélangez pas plusieurs plantes car elles n’ont pas la même vitesse de fermentation
  • Veiller à utiliser une pièce pour la fermentation où les températures sont stables
  • Ne pas attendre trop longtemps avant de filtrer et soutire

Venons-en à la filtration

Votre fermentation arrive à son terme car vous avez remarqué que le tapis de bulles avait disparu, voici donc venu le temps de la filtration. Pour pouvoir pulvériser votre extrait sans problème, il vous faudra impérativement filtrer l’extrait. A l’aide de tamis, un seul ou bien deux tamis superposés cela devrait faire le travail, ou bien une passoire de cuisine voir un morceau de drap. L’intérêt est de filtrer sans trop filtrer non plus, car un filtrage trop fin peut réduire l’efficacité de l’extrait. L’idéal est de simplement retirer les particules qui peuvent obstruer la vaporisation ou l’arrosage.

Le stockage et la conservation : comme un bon vin !

Le filtrage a eu aussi l’utilité de rendre votre extrait plus facile à conserver. Car les résidus alimenteraient une nouvelle fermentation. La conservation se fait en récipient fermé en inox ou en plastique, dans un endroit à l’abri de la lumière et dans une atmosphère aux alentours de 10°C à 12°C. Il se peut que vos extraits re-fermentent avec le temps, mais détectée rapidement, la nouvelle fermentation n’altère pas la qualité de l’extrait, si elle est détectée à temps. C’est à dire rapidement.


Récolter des Graines Obbies en partageant cet article !

Partagez cet article sur Facebook et Twitter et récoltez 200 Graines Obbies ⬇️ 🎁

If you want to share and earn points pleaseloginfirst

+1
avatar

Articles liés

Quelles différences entre les décoctions, les infusions et les macérations ?

Parfois pour les novices, il est difficile de s’y retrouver entre extraits fermentés, décoctions, infusions ou macérations. Nous avons déjà abordé le sujet des extraits fermentés dans un premier billet, puis dans un second comment réussir à tous les coups ses extraits fermentés. Dans ce troisième épisode, on vous explique quelles sont les différences entre les décoctions, les infusions et les macérations.

Réponses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *